Schéma d’aménagement de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau et revendications de l’APLC

Le schéma d'aménagement et de développement (SAD) est un outil de planification qui détermine les orientations de l'aménagement et les vocations à attribuer aux différentes parties du territoire (zonage). 

La vidéo aide à mieux comprendre ce qu’est le schéma d’aménagement. 

Le 3 novembre 2020, le conseil des 17 maires de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau a adopté la dernière version du schéma d'aménagement et de développement. Cette version du document (Plan 1 : Les grandes affectations) englobe les révisions qui donnent suite aux consultations publiques d’août 2020.  Les désignations des terres publiques autour des deux lacs des Cèdres ont été revues par la MRC par suite de nos revendications. 

 

Résultats, réactions et mesures à prendre…

 

1. entre les deux lacs des Cèdres

Résultat : L’affectation passe de « récréoforestière » à « récréative » et porte sur toute la zone située entre les deux lacs, compte tenu de son réseau de sentiers de randonnée et de ski de fond et de son potentiel récréatif. Ces terres seront ainsi protégées de tout nouveau développement de villégiature et des coupes forestières.  

Réaction de l’APLC : Le comité du SAD est très satisfait du changement d’affectation et confirme que cette affectation est conforme à la mission et aux objectifs de l’APLC.

Mesures à prendre : Aucune autre mesure ne s’impose. Nous maintiendrons notre appui aux activités du PERO, qui est un bon partenaire dans la gestion et l’entretien des sentiers récréatifs de cette zone.

 

2. à l’est du chemin du Petit lac des Cèdres

Résultat : L’affectation récréforestière est maintenue. Les responsables du SAD à la MRCVG nous ont expliqué que cette zone est déjà une aire protégée, appelée « Aire de confinement du cerf de Virginie du lac Richer », et que tout développement ou toute exploitation y sont déjà interdits. En effet, elle est gérée par le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP). On nous confirme que le ministère ne prévoit que des coupes, plantations et traitements forestiers utiles au maintien de l’habitat du chevreuil. Voilà pourquoi, selon les responsables de la MRCVG, l’affectation récréoforestière ne peut être modifiée.

Réaction de l’APLC : L’APLC considère que l’Aire de confinement du cerf de Virginie offre une bonne protection contre tout développement additionnel.  Nous confirmons que, pour maintenir un environnement sain pour le cerf de Virginie, il est en effet nécessaire de faire des coupes forestières ponctuelles. Nous soulevons une question : La zone de confinement ne s’étend pas aux abords du chemin du Petit lac des Cèdres. Est-ce qu’il pourrait y avoir des développements de villégiature dans cette portion de la zone 2 ?

Mesures à prendre : Nous cherchons à obtenir la confirmation écrite que l’ensemble des terres publiques de la zone 2, aux abords du chemin du Petit lac des Cèdres sont aussi protégées et que des développements de villégiature ne seront pas autorisés.

 

3. à l’ouest du grand lac des Cèdres

Résultat : La zone conserve l’affectation récréforestière. Les responsables de la MRCVG nous informent qu’ils ne sont pas en mesure de changer l’affectation, car des ententes d’aménagements forestiers relevant du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) visent une partie des terres de la zone 3. Il leur serait donc impossible de changer l’affectation récréoforestière dans l’ensemble de la zone.

Réaction de l’APLC : Bien qu’elle comprenne les contraintes administratives liées à un changement d’affectation, l’APLC demeure insatisfaite du résultat et prévoit poursuivre ses efforts afin d’assurer une meilleure protection à cette section du Grand lac des Cèdres. Selon nous, cette affectation pourrait ouvrir la porte à diverses activités incompatibles avec nos objectifs que sont la conservation, la qualité de l’eau et le maintien de la biodiversité. 

Mesures à prendre : Suite à ses discussions avec les représentants de la MRCVG, l’APLC convient qu’elle doit changer de stratégie pour garantir la protection de la zone 3. Les prochaines étapes consisteront à rencontrer les fonctionnaires du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) pour demander officiellement le retrait de cette entente d’aménagement forestier sur le bassin versant ouest du lac. L’APLC travaillera ensuite avec le ministère de l’Environnement (MELCC) pour concrétiser une demande de création de nouvelle aire protégée, ce qui soustrairait la zone 3 à toute forme de développement. Lors de nos communications récentes avec eux, les fonctionnaires du ministère de l’Environnement nous ont confirmé que cette possibilité est envisageable. L’APLC poursuit ses démarches pour actualiser sa demande de transformation de la zone 3 en aire protégée, ce qui interdirait toute forme d’exploitation et de développement.

 

Historique des interventions de l’APLC 

2020

  • Décembre: Les membres du comité cherchent à confirmer la teneur des discussions avec les responsables du SAD. De plus, ils attendent une rencontre avec le maire Cross pour voir quelles seront les prochaines étapes et s’assurer que la municipalité appuie la demande de l’APLC, qui réclame une nouvelle aire protégée à l’ouest du Grand lac des Cèdres.
  • Novembre: Adoption, le 3 novembre, du schéma d'aménagement et de développement révisé de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau de deuxième génération 
  • Août et septembre: La MRCVG organise des consultations publiques. L’APLC présentera ses arguments pour un changement d’affectation autour des deux lacs. Une pétition avec plus de 400 signatures est remise à Monsieur le Maire et aux représentants de la MRCVG.  Lire les commentaires des signataires... 
  • Juillet: Un comité de l’APLC étudie le document et met en œuvre un plan d’action pour revendiquer auprès de la MRC un changement d’affectation, de récréoforestière à « conservation ». Un Énoncé de position est rédigée et une lettre de demande d’audience est adressée au maire de Messines.
  • Juin: Le SAD est révisé et adopté le 16 juin 2020 par les 17 maires de la MRCVG. 

2017

  • Le CA de l’APLC présente au conseil municipal de Messines, lors de sa séance du 3 mai 2017, une résolution demandant une affectation de CONSERVATION STRICTE pour protéger les terres publiques autour des deux lacs, étant donné l’incompatibilité des exploitations forestières et de tout autre développement avec les objectifs de préservation.

2016

  • L'Association finance un inventaire botanique à l’ouest du Grand Lac, qui révèle une présence importante de conopholis d’Amérique (Conopholis americana), plante désignée comme « vulnérable » au Québec. Cet inventaire renforce notre argument en faveur de la création d'une aire protégée sur les terres publiques à l’ouest du Grand lac des Cèdres. La demande a été envoyée au ministère de l’Environnement le 25 octobre 2016. Cette demande est toujours à l’étude.

2014

  • L’APLC, avec la participation financière du Conseil municipal de Messines, a réalisé une étude scientifique sur la santé des deux lacs des Cèdres. Cette étude a conclu qu’une augmentation de la charge totale en phosphore, qui a déjà atteint 99 % et 90 % de la capacité maximale, respectivement pour le Petit lac des Cèdres et le Grand lac des Cèdres, serait nocive et que tout développement humain, résidentiel, commercial ou forestier à proximité des deux lacs est contre-indiqué.

2009

  • La Municipalité régionale de comté de la Vallée-de-la-Gatineau (MRCVG) approuve un règlement de contrôle intérimaire visant à modifier le schéma d'aménagement pour y inclure des mesures de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. L'Association pour la protection des Lacs des Cèdres appuie le règlement 2018-325.

Début 2000

  • Création de sentiers récréatifs par l’APLC entre les deux lacs des Cèdres afin de mettre en valeur un environnement exceptionnel pour les besoins écotouristiques de Messines. Le PERO a depuis repris la gestion de ces sentiers en collaboration avec la Municipalité de Messines et Rando-Québec.