Schéma d’aménagement de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau et revendications de l’APLC

Le schéma d'aménagement et de développement (SAD) est un outil de planification qui détermine les orientations de l'aménagement et les vocations à attribuer aux différentes parties du territoire (zonage). 

La vidéo aide à mieux comprendre ce qu’est le schéma d’aménagement. 

Le 16 juin 2020, le conseil des 17 maires de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau ont adopté la dernière version du schéma d'aménagement et de développement. Cette version du document (Plan 1 : Les grandes affectations du territoire) donne aux terres publiques autour des deux lacs des Cèdres une désignation récréoforestière, ce qui permettrait notamment à la Municipalité de Messines, d’octroyer des permis d’exploitation forestière, d’autoriser de nouveaux terrains de villégiature en deuxième et troisième couronnes, et les petites exploitations minières. 

APLC : contre une affectation récréoforestière

La protection des bassins versants dans les terres publiques autour des deux lacs des Cèdres est primordiale. La désignation récréoforestière prévue dans le SAD n’offre malheureusement aucune protection du milieu et ouvre la porte à diverses activités incompatibles avec les objectifs que sont la conservation, la qualité de l’eau et le maintien de la biodiversité. L’APLC, qui représente plus de 320 membres, demande que les terres publiques situées autour des lacs des Cèdres soient protégées par l’affectation « conservation ».

 Appuyez l’APLC en confirmant votre soutien et signant formulaire en ligne !

Lire les commentaires des signataires... 

 

Affectation « conservation » : pourquoi ? 

  • Une étude scientifique, Portrait et diagnostic des bassins versants des lacs des Cèdres, réalisée en 2014 par l’ABV des 7, conclut que la charge totale en phosphore est de 99 % et 90 % de la capacité maximale des lacs. Tout développement supplémentaire autour des lacs nuirait à la qualité de l’eau.
  • Une aire protégée (aire de confinement du cerf de Virginie) de catégorie IV (UICN) de 571 ha existe à l’est du Petit lac des Cèdres, mais ne figure pas dans le nouveau SAD. Cette aire est incompatible avec l’autorisation de nouveaux terrains de villégiature en deuxième et troisième couronnes, préconisée à plusieurs endroits dans le nouveau SAD. La gestion des ACCV favorise le maintien d’un habitat adéquat pour la survie des cerfs de Virginie. 
  • Des terres publiques autour du Grand lac des Cèdres sont désignées comme site faunique d’intérêt du ruisseau des Cèdres. Il est d’ailleurs signalé que ce site est écologiquement exceptionnel. C’est l’un des très rares endroits en Amérique du Nord où le touladi se reproduit en ruisseau. La préservation de ce site repose sur le maintien d’un habitat physique de qualité dans le ruisseau et aux alentours pour que le touladi puisse continuer à y frayer Les sites fauniques d’intérêt de l’Outaouais, MRNF, mai 2011).
  • Un peuplement de chênes rouges ainsi qu’une plante menacée, le Conopholis americana, à l’ouest du Grand lac des Cèdres, doivent être protégés. Une demande officielle de création d’une aire protégée adressée au MELCC en 2016 est toujours à l’étude (réf : inventaire et rapport par Dendroica Environnement et Faune, 2016).

 

Historique des interventions de l’APLC 

2020

  • Août et septembre : La MRCVG organise des consultations publiques. L’APLC présentera ses arguments pour un changement d’affectation autour des deux lacs. 
  • Juillet : Un comité de l’APLC étudie le document et met en œuvre un plan d’action pour revendiquer auprès de la MRC un changement d’affectation, de récréoforestière à « conservation ». Un Énoncé de position est rédigée et une lettre de demande d’audience est adressée au maire de Messines.
  • Juin : Le SAD est révisé et adopté le 16 juin 2020 par les 17 maires de la MRCVG. 

2017

Le CA de l’APLC présente au conseil municipal de Messines, lors de sa séance du 3 mai 2017, une résolution demandant une affectation de CONSERVATION STRICTE pour protéger les terres publiques autour des deux lacs, étant donné l’incompatibilité des exploitations forestières et de tout autre développement avec les objectifs de préservation.

2016

L'Association finance un inventaire botanique à l’ouest du Grand Lac, qui révèle une présence importante de conopholis d’Amérique (Conopholis americana), plante désignée comme « vulnérable » au Québec. Cet inventaire renforce notre argument en faveur de la création d'une aire protégée sur les terres publiques à l’ouest du Grand lac des Cèdres. La demande a été envoyée au ministère de l’Environnement le 25 octobre 2016. Cette demande est toujours à l’étude.

2014

L’APLC, avec la participation financière du Conseil municipal de Messines, a réalisé une étude scientifique sur la santé des deux lacs des Cèdres. Cette étude a conclu qu’une augmentation de la charge totale en phosphore, qui a déjà atteint 99 % et 90 % de la capacité maximale, respectivement pour le Petit lac des Cèdres et le Grand lac des Cèdres, serait nocive et que tout développement humain, résidentiel, commercial ou forestier à proximité des deux lacs est contre-indiqué.

2009

La Municipalité régionale de comté de la Vallée-de-la-Gatineau (MRCVG) approuve un règlement de contrôle intérimaire visant à modifier le schéma d'aménagement pour y inclure des mesures de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. L'Association pour la protection des Lacs des Cèdres appuie le règlement 2018-325.

Début 2000

Création de sentiers récréatifs par l’APLC entre les deux lacs des Cèdres afin de mettre en valeur un environnement exceptionnel pour les besoins écotouristiques de Messines. Le PERO a depuis repris la gestion de ces sentiers en collaboration avec la Municipalité de Messines et Rando-Québec.