Image

La majorité des bonnes pratiques environnementales autour d’un lac visent en fait à limiter l’entrée excessive de nutriments comme le phosphore et l’azote qui favorisent la prolifération des algues et plantes aquatiques, permettent l’éclosion de fleur d’eau d’algues bleues (cyanobactéries) et améliorent les conditions pour l’installation et l’envahissement des plantes exotiques, tout en accélérant le vieillissement du lac (eutrophisation). Pour plus d’infos voir Titre 2. 

L’eutrophisation est le phénomène de vieillissement d’un lac qui se caractérise par un enrichissement des eaux en éléments nutritifs, dont le phosphore et l’azote. Les eaux riches en éléments nutritifs stimulent ainsi la croissance de la végétation aquatique, puis de ses consommateurs. Cette hyperproductivité est alors néfaste ; le milieu aquatique étouffe ! L’oxygène diminue et la qualité du milieu se dégrade.  Pour réduire ces apports au niveau des plans d’eau, un effort individuel et collectif est nécessaire en :

  • assurant le maintien et la régénération d’une bande végétale riveraine; 
  • évitant de faire des feux d’artifices et des feux de bois non protégés; 
  • évitant l’utilisation des engrais et pesticides; 
  • évitant l’utilisation du bois traité; 
  • éliminant le recours aux produits nettoyants et savons contenant des phosphates; 
  • s’assurant de l’efficacité de nos installations septiques; 
  • militant pour le maintien des forêts naturelles autour des lacs

Par ailleurs, les bonnes pratiques visent aussi à éviter de transporter les problèmes de nos voisins dans nos lacs. La meilleure façon est de veiller à bien nettoyer son embarcation de toutes plantes, branches, feuilles, terre ou autres détritus lors du retour de nos visites d’un lac à un autre afin d’éviter de contaminer nos lacs. La nouvelle règlementation du lavage des bateaux vise à limiter la contamination d’un lac à un autre. 

Dans les prochaines sections, les diverses bonnes pratiques environnementales sont décrites afin de mieux comprendre quelles sont les actions que nous pouvons concrètement réalisées ensemble pour la santé de nos lacs. 

Je laisse intacte la bande riveraine

La bande riveraine, c’est la lisière de végétation naturelle qui borde un lac . Elle constitue une zone de transition entre les milieux aquatique et terrestre. Il est très important de ne pas perturber la bande de végétation riveraine sur tout le pourtour du lac. Cette bande est un filtre contre la pollution et agit un peu comme le filtre d’un moteur en retenant tous les sédiments, les impuretés, les détritus qui s’écoulerait autrement, directement vers le lac. Le mélange des racines et du sol produit une barrière naturelle qui joue plusieurs rôles extrêmement important pour la qualité de l’eau et qui permet de filtrer tous les ruissèlements qui proviennent des routes, des terrains, du bassin versant en amont. Une règlementation provinciale existe et est appliquée par les municipalités du Québec. Si la bande est perturbée, des techniques de restauration existent. (pour plus de détails, voir Theme 4). 

Il est prouvé que « plus les rives sont végétalisées, plus les lacs et cours d’eau sont protégés »

J’évite les feux d’artifice
Je n’utilise pas d’engrais ou de pesticides
Je n’utilise pas de bois traité près de l’eau
Je m’assure de la conformité de mon installation septique
J’évite tous les produits avec phosphates
Je nettoie mon bateau chaque fois que je visite un autre lac pour éviter d’introduire des espèces non désirées
J’utilise mon bateau prudemment et consciemment en évitant de créer de l’érosion sur les berges.
Je fais des feux de bois sécuritaire dans un endroit approprié
Éviter de nourrir les canards

Documents appuis

Q-2, r. 22 - Règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Règlement modifiant le Règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées (Q-2, r.22)

Guide Installation septique

Les phosphates

Règlementation lavage des bateaux Messines

Vidéo